Textes et Fleurs

Le JT d'Isabelle

Sujet : Voici le début imposé, le challenge est d'écrire une suite :

 

« 19h50. Le siège d’une grande chaîne de télévision. Dans une loge, Isabelle, 35 ans, la présentatrice vedette du journal télévisé, relit son « conducteur » tandis qu’on la maquille…

 

19h56. Un assistant entre dans la loge, un portable à la main… Il s’approche d’Isabelle : « Excusez-moi, c’est Christian, il a vraiment insisté… » Elle prend le combiné.

 

ISABELLE : « Oui… T’as vu l’heure ?... » Elle écoute, et son visage se défait au fur et à mesure…

ISABELLE : « Non. C’est pas possible… Il faut qu’on se parle, Christian… (elle écoute) Ah, c’est comme ça… Bon, très bien… »

 

Un temps puis, d’une voix dure :

« T’as une télé ?... Allume-la… Et regarde le JT. »

Elle coupe la communication.

 

19H59. Dans le studio, Isabelle est assise face aux caméras. On entend la voix du réalisateur en régie : 5… 4… 3… 2… 1… Top !

Le journal télévisé commence. Onze millions de spectateurs regardent. »

 

« Madame, Monsieur, bonsoir, je suis ravie de vous retrouver comme chaque soir, mais tout particulièrement ce soir car j’ai besoin de vous sentir à mes côtés, restez jusqu’à la fin du JT et vous comprendrez pourquoi. Tout d’abord, au diable tous ces artifices, j’enlève mon oreillette et je lâche mon prompteur, ce soir ce sera un vrai direct, je ne vous lirai pas les phrases pesées, calibrées, polissées que j’ai minutieusement préparées pour vous, ce soir j’en ai assez du «politiquement correct ». Je veux vous livrer « mon info », neutre, brute, autant que faire se peut, pour que ce soit vous derrière votre poste qui vous fassiez votre opinion et non pas moi, nous, les medias, qui vous indiquions quoi penser. Non, je ne vais pas complètement modifier les informations que je devais vous présenter ni les reportages qui étaient prévus, je vais juste vous les présenter à ma façon. Nous avions une première partie de JT qui devait durer ¼ d’heure sur la victoire de l’équipe de France et sa sélection pour la coupe du monde au Brésil. C’est un peu trop à mon goût, je vais simplement vous montrer un résumé du match et les plus belles actions des joueurs.

 Suit un reportage qui dure 5 mn. Pendant ce temps, Isabelle demande à la régie de retrouver un reportage sur la recherche sur le cancer

 

Voilà, je pense que vous êtes, comme nous tous ici, ravis de la sélection de notre équipe. Mais après tout, cela aurait-il été un drame que nous ne fassions pas partie de la coupe du monde ? Bien sûr que non à la réflexion, quelle importance la coupe du monde peut-elle avoir par rapport à la faim dans le monde, les maladies nosocomiales, la mort, la souffrance des êtres qui nous sont chers, que sais-je encore ? Je vous invite à relativiser, le foot n’est qu’un jeu. Les joueurs des grandes équipes gagnent un argent fou alors qu’ils ne font que s’agiter sur un terrain quand tant d’autres crèvent de n’avoir pas de travail, ou sont ignorés de tous et travaillent en 3/8 pour un salaire de misère, d’autres sont exploités au fond des mines de diamant en Afrique ou font des recherches contre le cancer en manquant cruellement d’argent, tous ceux-là, on n’en parle pas ou si peu, et c’est sûr qu’ils ne feront jamais la une du JT. Si je vous parle du cancer, c’est parce que je voudrais que vous regardiez avec moi ce reportage sur l’acharnement des chercheurs à trouver des traitements, ils font des tests sur des animaux de laboratoire, oui je sais, ça ne plait pas à Brigitte Bardot, mais cela vaut tout de même mieux que sur des cobayes humains, non ? Je vous préviens, certaines images peuvent choquer.

 

 Pendant la diffusion du reportage, Isabelle a un contact avec la régie à l’issue duquel elle demande de retrouver un reportage diffusé l’an dernier sur le Brésil

 

C’étaient des images dures, c’est vrai, mais ne croyez-vous pas que si un 10ème de l’argent du foot-ball était utilisé à des fins de ce type, le foot y gagnerait ses lettres de noblesse ? On m’a dit en régie que certains d’entre vous n’étaient pas satisfaits car ils espéraient voir un reportage sur le Brésil, hé bien qu’ils ne quittent pas leur poste, nous allons diffuser un reportage qui date de l’an dernier sur le Brésil, sur les favellas plus précisément, là-bas aussi les gosses jouent au foot.

 

Diffusion du reportage

 

Hé oui, la réalité du Brésil, ce n’est pas que la coupe du monde, c’est aussi cela, je reconnais que la pratique du foot fait toujours rêver les gosses, au Brésil comme ailleurs, que c’est un sport qui développe un esprit d’équipe, que les victoires comme hier soir sont des moments fédérateurs où notre président ne risque pas d’être hué, mais tout de même, de là à ce que tout mon JT ne traite que de cela, c’est abusé non ?

Je reste tout de même sur le foot-ball pour vous montrer ce que l’on voit rarement à la télévision : le foot-ball féminin, hé oui, je souhaite qu’il n’y ait pas toujours que des zizou ou des bixente pour nous faire rêver

 

Diffusion du reportage :

 

Je vais maintenant vous parler d’une initiative du gouvernement dont vont se réjouir nos joueuses de foot féminin : il s’agit de lutter contre les idées reçues par nos enfants dès leur plus jeune âge, ces idées sont véhiculées par les médias, le système éducatif, notre société de consommation et nous-mêmes à notre insu. En effet, les stéréotypes garçon fille conditionnent nos enfants, à un point que nous ignorons, c’est un formatage tout en douceur qui commence dès la naissance, qui continue avec la manière dont les parents valorisent ou non tel trait de caractère de leur enfant : nous allons voir dans ce reportage, et vous vous reconnaîtrez peut-être, comment les parents acceptent parfois le caractère batailleur de leurs garçons, parce que ce sont des garçons, mais ne le tolèreraient pas chez leurs filles. Les mères apprennent souvent à leurs filles à faire la cuisine, s’occuper des enfants et à avoir des activités non brutales, on peut dire qu’avec tout leur amour elles leur apprennent à commencer à être douces, gentilles voire soumises. On n’en est plus au « sois belle et tais-toi », même si la persistance des élections de Miss France et Miss Monde peut en faire douter, mais nous n’en sommes guère loin, nous sommes passés insidieusement maintenant au « tais-toi et subis », et pas seulement pour les femmes voilées ou celles emprisonnées sous leur niqab. Je vous invite à regarder attentivement ce reportage sur l’apprentissage des modèles garçon-fille que nous offrons encore aujourd’hui à nos enfants.

 

Diffusion du reportage

 

Hé oui, nous sommes au XXIème siècle, mais ce sont encore des valeurs héritées du moyen-âge dont nous recevons encore aujourd’hui le lointain héritage. Une étude a montré que ce n’était pas par manque de compétence que les femmes ne sont pas à égalité avec les hommes aux postes de direction, mais parce que dès l’enfance, comme nous venons de le voir, on n’apprend pas aux filles à se battre, au sens propre et au sens figuré, on ne leur donne pas l’envie de dominer, de diriger, on ne les prépare pas avoir confiance en elles, en leurs capacités. Elles pensent, parce qu’on leur a mis cela dans la tête, qu’elles n’ont pas les capacités pour tel poste habituellement tenu par un homme ; la hardiesse, l’esprit d’entreprise, l’ambition ne sont pas des qualités qui leur ont été inculquées dans leur enfance et tous les psys vous diront que ce qui n’est pas acquis dans l’enfance a du mal à émerger et se développer ensuite. De même on n’apprend pas aux garçons le respect des filles, le fait de les considérer comme leur égale, on continue à leur inculquer l’idée que plus tard, ils vivront avec une femme douce, gentille, mignonne, bonne mère, aux petits soins pour sa famille, on ne les prépare pas à vivre avec une femme qui pense par elle-même, qui sait mener sa vie, qui peut même gagner plus qu’eux. Notre société est aux mains des hommes, il faut en prendre conscience. Je m’adresse à vous, Mesdames, pour que vous releviez la tête ainsi que ce défi qui nous est lancé. Je m’adresse à vous, Messieurs, pour que vous nous aidiez, nous sommes complémentaires et nous avons beaucoup à vous apporter et à nous apporter si nous nous respectons et agissons ensemble. Je m’adresse à toi, Christian, qui viens de m’annoncer à 3 minutes du débur de ce JT que tu me quittes pour une femme qui, dis-tu, se maquille chaque jour, ELLE, qui a une allure de mannequin lorsqu’elle marche dans la rue, ELLE, certes tu dis aussi qu’elle est moins intelligente que moi, bonne chance avec ta potiche, et qui sait, peut-être que ta trahison va permettre à une nouvelle Isabelle de renaître de ses cendres.

 

Madame, Monsieur, vous avez compris que j’étais un tantinet énervée ce soir, je vous prie de m’en excuser, je vous souhaite une bonne soirée et je vous dis à demain soir si je ne suis pas virée d’ici là !!



23/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres